On ne parle pas encore de divorce ou de rupture, mais de "séparation temporaire". Décidément, le porte-parole de la Zarzuela est devenu maître en doux euphémismes. Comme le prouve son communiqué de presse envoyé aux médias : "''La duchesse et le duc de Lugo, l'infante Elena et Jaime de Marichalar, ont décidé de mettre temporairement fin à leur vie maritale.''"

A ces paroles, diplomatiques et sibyllines, la fille aînée du roi Juan Carlos a préféré, elle, la clarté des actes. Après douze années de mariage, la princesse a quitté avec ses deux enfants, Felipe Juan, 9 ans, et Victoria Federica, 7 ans, le domicile conjugal et s'est installée dans son ancien appartement du quartier madrilène de Salamanca.

Un "break", dirions-nous aujourd'hui, qui risque bien d'être définitif. Même si d'après le quotidien catalan La Vanguardia, l'infante veut se "donner du temps pour réfléchir à son avenir conjugal en pensant toujours au bien-être de ses enfants". A quelques jours de son quarante-quatrième anniversaire, Elena a voulu mettre fin à de longs mois de rumeurs concernant « la crise, grave et prolongée, de son couple », selon l'expression du journal El Pais.

Un triste dénouement pour ces deux membres, aimés et populaires, de la famille royale d'Espagne. Seulement voilà, ces quelques années de vie commune ont fini par sérieusement écorner cette image de "couple fusionnel" et d'éternels amoureux... Ne s'étaient-ils pas rencontrés en novembre 1987 dans un Paris romantique et terriblement cinématographique ? Ce coup de foudre avait d'ailleurs amené la Casa Real à annoncer leurs fiançailles le 23 novembre de la même année. "''Nous sommes éperdus de bonheur''", avaient-ils affirmé alors.

Le mariage célébré en la Cathédrale de Séville, le 18 mars 1995, fut un véritable événement planétaire suivi par des millions de téléspectateurs à travers le monde. Personne n'a oublié les larmes d'une princesse stressée ayant oublié de demander, comme l'exige la tradition, la permission à son père pour prononcer le "oui" sacramentel. Pour les monarchistes, cette union était avant tout un symbole. Il n'y avait pas eu de mariage en terre d'Espagne d'une fille de roi depuis celui de l'infante Maria Theresa, sœur d'Alphonse XIII, en 1906 ! S'il n'était pas de sang royal, Jaime de Marichalar y Saenz de Tejeda, héritier d'une veille famille aristocratique de Soria et banquier au Crédit Suisse à Paris, apparaissait comme un gendre idéal.

Parfaitement accueilli au sein de la famille royale, l'hidalgo aussi élancé qu'un Bourbon avait réussi à "relooker" son épouse à grand renfort de tenues Haute Couture. Son côté esthète et grand connaisseur du milieu de la mode était une nouveauté dans une famille royale où l'on préfère de loin les cirés marins aux derniers modèles créés par Hedi Slimane. Alors qu'il est frappé, en 2001, par un grave accident vasculaire cérébral, la presse espagnole commence à parler de "''ses problèmes relationnels''" avec l'infante.

Publicité

Mais son état de santé préoccupant coupe court à toutes les spéculations. Elena reste à ses côtés, lui apportant soin et réconfort, l'accompagnant également à New York où le duc de Lugo effectue à l'Hôpital du Mont Sinaï une douloureuse rééducation. L'infante confie alors à ses amis qu'elle restera toujours auprès de lui... le temps de sa convalescence. Elle n'a pas le cœur à l'abandonner dans ces heures cruelles où Jaime, en proie à une grave dépression, se voit diminué physiquement et mentalement. Les semaines, puis les mois, passeront. Les sentiments, eux, se déliteront peu à peu.

En août dernier, les événements s'accélèrent. Elena part en vacances en Croatie en compagnie de sa sœur Cristina, de son beau-frère Inaki et de sa cousine Cristina de Bourbon-Siciles. Jaime choisit de rester, seul, au palais de Marivent, à Palma de Majorque. La rupture semble consommée. Les observateurs s'attendent à l'annonce imminente du divorce. Il n'en est rien. Bien au contraire. Il faut sauver les apparences d'une famille royale qui se trouve attaquée de toutes parts, de l'affaire des caricatures pornographiques de Felipe et Letizia parues dans la presse satirique aux photos du roi Juan Carlos et de la reine Sophie brûlées en place publique par des extrémistes républicains. Il semble que l'on ait fait comprendre à Jaime et Elena qu'ils ne devaient pas ajouter leurs problèmes sentimentaux à ce début "d'annus horribilis".

Pour les photographes, donc, le couple apparaît accompagnant ses enfants à l'école, assistant au défilé de la Fête nationale, participant à une excursion organisée pour les petits-enfants de la reine Sophie. Cependant ces derniers jours, l'infante a fini par perdre patience. Elena ne veut plus vivre une parodie de couple. La Zarzuela a donc pris acte de cette "séparation temporaire". Quatrième dans l'ordre de succession à la Couronne, la princesse continuera à tenir son rang. Jaime de Marichalar gardera son titre de duc de Lugo mais ne participera plus aux actes officiels. La famille royale, pour l'instant, n'a pas tenu a épiloguer sur cette affaire. Seule l'infante Cristina a apporté son éclairage personnel : "Attendons, attendons... Il y a toujours des hauts et des bas dans la vie d'un couple. Mais je peux vous assurer que ma sœur est sereine".

L'infante a fini par perdre patience

"Découvrir et s'abonner à Point de vue !"

Ailleurs sur le web

Publiez votre commentaire

Publicité